Autour du globe
Texte: Erik Freudenreich

3 questions à Swetha Suresh

Cette spécialiste de l'innovation médicale analyse le potentiel de son pays d'origine.

Quels sont les défis qui se posent à l'Inde en termes de santé?

Les défis sont nombreux, à l’exemple du nombre de victimes de maladies chroniques comme le diabète et le faible taux de médecins par habitant. Le pays doit également améliorer l’accessibilité aux infrastructures médicales. Environ 75% d’entre elles sont situées en ville, alors que plus que deux tiers des Indiens habitent dans des zones rurales.

Comment répondre à ces besoins?

On voit émerger de nombreuses initiatives dans le domaine de la santé numérique. Que ce soit dans le secteur de la santé mobile ou de la télémédecine, des plateformes sont créées en vue d’améliorer l’accessibilité à des soins de qualité à un coût abordable. Ces interfaces couvrent autant le curatif que la prévention, les soins en hôpitaux que les traitements à domicile.

Comment la Suisse et l'Inde collaborent-elles dans ce domaine?

Nous considérons la Suisse comme un leader de la technologie médicale. Nos deux pays bénéficieront du codéveloppement de dispositifs médicaux et de solutions de santé mobiles compatibles, notamment avec l’Internet des objets. La technologie de haute qualité issue d’une telle collaboration répondra aux besoins des populations et sera exploitable dans des conditions difficiles.



Partagez:

 
 
 

Swetha Suresh accompagne les start-up suisses
dans leur entrée sur le marché indien, entre autres à travers
les Camps d’internationalisation d’InnoSuisse pour l’Inde.