Chronique
Texte: Benoît Dubuis
Photo: D.R.

Benoît Dubuis: "Il nous faut cultiver une impatience positive"

Il nous faut cultiver une impatience positive: anticiper l’avenir pour ainsi toujours avoir une longueur d’avance dans un monde entrepreneurial très compétitif.

En savoir plus:

Plusieurs nouvelles ont sonné doux à nos oreilles en cette toute fin d’année tant d’un point de vue politique qu’économique: manifestation citoyenne ne voulant pas casser la croissance de notre pays, développement réjouissant de grandes initiatives de recherche, levées de fonds record, partenariats stratégiques significatifs voire «historiques» pour reprendre certains titres.

«Historique»! Un mot souvent utilisé pour désigner un événement remarquable, mais que je préfère comprendre comme un encouragement à faire toujours mieux, car il peut trop vite se transformer en oreiller de paresse douillet réservant des réveils moins agréables. Rien n’est jamais gagné, le succès se construit certes en s’appuyant sur des atouts, mais surtout en réponse à un travail intelligent et acharné.

Il existe un triple présent qui n’est donc pas ponctuel, instant entre le passé et le futur, un présent dilaté, et ces trois sortes de temps coexistent: le Présent du Passé, c’est la mémoire; le Présent du Présent, c’est l’action; le Présent du Futur, c’est l’anticipation. Conscients du Passé, nous sommes en train de construire le Présent, d’anticiper le Futur. Nous sommes passés à une civilisation du savoir et nous avons dans notre région un actif exceptionnel du fait de la densité des hautes écoles de qualité qui génèrent ce savoir. Pionniers et entrepreneurs doivent prendre le relais, jouer leur rôle de révolutionnaires des temps modernes.

Un révolutionnaire, c’est quelqu’un qui perçoit le statu quo et qui se dit: «Ce n’est pas la bonne solution! Je peux changer la situation et amener les gens à le faire d’une autre manière.» Il en va de même pour un entrepreneur. Un entrepreneur voit des clients insatisfaits, des produits qui n’atteignent pas le public et y décèle une opportunité. Ces hommes et ces femmes qui ont, parfois en leur temps, été considérés comme des illuminés, des renégats, voire même des traîtres, ont construit la prospérité de notre pays avec cet état d’esprit: la volonté de faire quelque chose qui n’avait pas été fait auparavant. Il est important de se rappeler que chaque produit qui a révolutionné son domaine a été le fruit du travail d’un entrepreneur.

La base de notre système économique dépend de ces entrepreneurs qui ont trouvé dans notre région une terre d’opportunité. Alors que chaque jour se développent de nouvelles technologies, autant d’opportunités s’offrent à ceux qui ont le courage et la ténacité de poursuivre leur rêve. Un entrepreneur et un révolutionnaire sont les mêmes personnes, mais sont nés à des temps différents, dans des circonstances différentes.

Ainsi, le Passé n’est pas un pays étranger et grâce
à l’histoire, c’est le Passé qui existe dans le Présent. Etre présent au Présent du Présent, c’est s’ouvrir à «l’à-venir», à la révolution qui peut advenir, c’est se faire réceptif pour intégrer ce qui vient d’ailleurs. Réception et création vont de pair. C’est dire encore qu’être présent au Présent, c’est entrer dans l’impatience du temps, celle qui nous garantira toujours une longueur d’avance dans un monde très compétitif, celle qui nous force à anticiper plutôt qu’à être réactif, celle qui nous place dans le Présent du Futur.



Partagez: